Comment calcule-t-on le pouvoir d’achat ?

Comment calcule-t-on le pouvoir d'achat ?

Le pouvoir d’achat est un concept économique qui vise à évaluer la capacité de biens et de services offerts par l’unité monétaire courante à un moment donné. Autrement dit, le pouvoir d’achat permet d’estimer la capacité d’un ménage à dépenser des biens et des services avec un revenu donné.

Le pouvoir d’achat est donc la quantité de biens et de services qui peuvent être achetés avec un revenu. Ce dernier dépend du niveau de revenu et du niveau des prix. L’évolution du pouvoir d’achat correspond donc à l’évolution du revenu des ménages et à l’écart de l’inflation.

Définition abstraite du pouvoir d’achat

Au niveau des ménages, le pouvoir d’achat représente l’aptitude à consommer des biens et des services en allant :

  • Du salaire net ;
  • De l’indice de prix du coût de la vie.

Alors, si les salaires augmentent plus vite que les tarifs, le pouvoir d’achat augmente. Au contraire, si les prix augmentent, mais que les salaires stagnent, le pouvoir d’achat va baisser. La question du pouvoir d’achat se présente comme un enjeu de société important, étant donné que son développement est un indice de qualité de vie aux yeux des consommateurs.

Il s’agit également de données statistiques importantes qui permettent d’examiner les revenus, les locations, les pensions et les retraites alimentaires pour les enfants.

Le calcul du pouvoir d’achat

Nous tentons de calculer l’évolution du pouvoir d’achat afin d’obtenir un baromètre de la capacité de consommation dans un cadre économique établi. L’évolution du pouvoir d’achat résulte de l’écart entre l’évolution du salaire disponible des foyers et l’évolution de l’indice des prix.

A lire :  Bachelor numérique : quel parcours suivre pour atteindre ce niveau ?

Les revenus qui sont pris en considération lors de la mesure de l’évolution du pouvoir d’achat sont :

  • Les revenus disponibles du ménage qui équivaut au salaire brut qu’il perçoit ;
  • Les bénéfices du travail indépendant ;
  • Les allocations du patrimoine et des dépôts d’épargne ;
  • La sécurité sociale (prestations familiales, allocations de chômage, pensions de vieillesse, etc.).

Pour mesurer l’évolution du pouvoir d’achat, on soustrait les impôts que les ménages doivent payer, à savoir : les cotisations sociales, les impôts et les taxes directes (taxe d’habitation, etc.).

Le calcul du pouvoir d'achat

Les mesures du pouvoir d’achat

Il existe 3 mesures différentes de l’évolution du pouvoir d’achat. Le premier indicateur concerne l’augmentation du salaire réel par habitant. Cet indicateur neutralise donc les effets de l’évolution démographique, mais ce n’est pas assez. De nombreuses personnes vivent seules, tandis que d’autres vivent dans des familles nombreuses.

Cependant, ces concentrations sont une source d’économies. Il s’avère être moins cher pour quatre personnes de vivre dans le même appartement que de vivre chacun tout seul dans quatre maisons différentes.

Le deuxième indicateur calcule l’évolution du pouvoir d’achat des foyers. On n’estime, de ce fait, plus des individus, mais des groupes de personnes (des familles principalement) qui partagent un logement commun.

Enfin, pour décrire la taille des foyers et l’épargne que ces groupes génèrent, les experts utilisent le concept d’unités de consommation. Il s’agit d’une mesure où la quantité d’unités de consommation croît plus lentement que le nombre de membres du ménage. Par conséquent, nous devons calculer la variation du pouvoir d’achat selon chaque unité de consommation.

A lire :  Les points essentiels concernant le pouvoir d'achat des fonctionnaires

Cela dit, le pouvoir d’achat est concentré uniquement dans le champ des biens et des services du marché. Mais pour réaliser la situation actuelle des Français, il faut également se préoccuper des services publics dont ils sont bénéficiaires.

Par conséquent, le salaire disponible brut ajusté est pris en compte. C’est-à-dire qu’il tient compte des services non marchands offerts aux foyers. Par exemple, si les impôts augmentent, cela va entraîner une diminution du salaire disponible brut dont les ménages disposent pour dépenser ou investir, après les situations de redistribution.

Or, si ces impôts vont financer des services publics (éducation ou santé), on ne parlera pas de diminution du pouvoir d’achat, étant donné que les ménages toucherons plus de services publics qui ne leur seront pas facturés automatiquement.

Pour les foyers riches, le salaire brut ajusté est légèrement élevé par rapport au salaire disponible brut, contrairement aux ménages à faible revenu dont le salaire disponible brut ajusté est carrément le double du salaire disponible brut.

Agir sur le pouvoir d’achat

Pour agir sur le pouvoir d’achat, il faudrait augmenter les salaires et / ou les heures de travail, augmenter les prestations sociales qui constituent une forme de redistribution des revenus, ce qui va supposer que l’État dispose des fonds nécessaires.