Créer une entreprise : 6 conseils pour réussir

Créer une entreprise : 6 conseils pour réussir

Même si vous avez toutes les compétences requises dans votre domaine d’activité, les compétences pour la création d’entreprise sont toutes autres. Voici nos conseils pour mettre toutes les chances de votre côté si vous avez un projet de création d’entreprise. Pour toute entreprise, des conseils pour réussir sont toujours bons à prendre.

Le projet de business plan

Si vous avez une étape à ne pas négliger dans votre projet de création d’entreprise, c’est bien le projet de business plan. C’est gage de sécurité pour votre avenir professionnel.

En effet, les démarches que vous allez réaliser avec votre projet de business plan vont vous inviter à la réflexion dans plusieurs domaines. Cela vous évitera de vous lancer avec un objectif de vente irréalisable ou encore de déceler certaines difficultés ignorées ou minimisées jusqu’alors.

Votre démarche doit donc prendre en compte les points suivants :

  • l’état de la concurrence
  • la manière dont vous allez attirer vos futurs clients
  • les moyens pour accompagner vos clients du premier contact au SAV
  • les compétences requises pour mener à bien votre projet de création d’entreprise
  • les financements nécessaires
  • la rentabilité prévisionnelle
  • la campagne marketing

En clair, il s’agit de la stratégie que vous allez mettre en œuvre pour réussir. Voilà pourquoi ce serait une erreur de ne pas l’établir. C’est certainement LE conseil de création d’entreprise à retenir en priorité. Il vous servira également à vous remotiver quand vous rencontrerez des difficultés, car vous les aurez identifiées en amont et certainement envisagé des solutions pour y remédier. Il vous sera aussi utile pour trouver des fonds et donc convaincre les investisseurs.

Le choix juridique de l’entreprise

Le choix du statut pour votre future entreprise dépend de votre activité et de vos attentes. En effet, suivant le choix retenu, cela peut vous permettre de réaliser des économies ou de séparer votre patrimoine personnel de la société. Par exemple, en ce qui concerne les bénéfices dégagés, certains statuts vous permettent de choisir entre l’impôt sur les sociétés ou l’impôt sur vos revenus.

A lire :  Comment pallier la solitude en télétravail ?

Le choix juridique de l’entreprise peut aussi être conditionné par le fait que vous envisagiez de créer votre entreprise avec un ou plusieurs associés. Dans ce cas, vous pourrez choisir entre :

  • Société à responsabilité limitée (SARL)
  • Société anonyme (SA)
  • Société par actions simplifiée (SAS)

En revanche, si vous êtes l’unique associé, vous aurez le choix avec :

  • l’entrepreneur individuel (EI)
  • l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL)
  • la société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU)

N’hésitez pas à demander des conseils pour la création d’entreprise auprès de professionnels, si vous vous sentez un peu perdu dans le choix juridique de l’entreprise.

Le portage salarial

Si vous créez une entreprise, vous pouvez envisager le portage salarial pour sécuriser vos débuts. C’est un conseil dès la création d’entreprise qui peut réduire vos doutes et vous permettre d’oser franchir le pas.

Avant toute chose, vous devez savoir que cela n’est pas possible pour certains domaines d’activité, comme :

  • les notaires
  • les avocats
  • les experts-comptables
  • les activités agricoles
  • les services à la personne auprès des enfants, des personnages âgées et des personnes en situation de handicap

Au niveau des avantages du portage salarial, ils sont multiples. La société de portage va notamment se charger des démarches de gestion administrative, comme la rédaction de contrats ou de factures. Ainsi, vous pourrez vous libérer du temps pour développer votre activité. En ce qui concerne ce point, vous pourrez également profiter du réseau de la société de portage. Bien entendu, vous restez le seul gérant de votre entreprise. Vous pourrez donc fixer vos journées de travail comme bon vous semble.

Mais l’avantage le plus important est certainement la sécurité que vous apporte le contrat de portage salarial. En effet, vous êtes assuré d’avoir un salaire à la fin du mois, même si vous devez payer des frais de gestion. Vous cotisez également pour votre retraite, le chômage… Vous y trouverez également des conseils pour la création d’entreprise et son développement. Vous aurez aussi accès à des formations, ce qui vous permettra de développer des compétences dans la création d’entreprise.

A lire :  Quels sont les 3 principales raisons d'économiser de l'énergie

Créer une entreprise : 6 conseils pour réussir

Trouver des fonds pour la création d’entreprise

Lors de la création d’entreprise, des conseils pour trouver des fonds sont toujours bienvenus, afin de vous développer plus facilement et plus rapidement. Nous allons donc vous parler des aides à la création d’entreprise et des crédits que vous pouvez demander.

Les aides à la création d’entreprise

Voici les aides existantes :

  • ACRE : Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise.
  • NACRE : Nouvel Accompagnement à la Création ou la Reprise d’Entreprise
  • ARCE : Aide à la Reprise et à la Création d’Entreprise

Quelle que soit l’aide que vous allez demander, vous aurez des conditions à respecter. Nous n’allons pas les détailler ici. Néanmoins, voici les grandes lignes de ces aides. Avec l’ACRE, vous profitez d’une exonération des charges sociales pendant une année. Cette exonération est partielle et dégressive. Dans le cas de la NACRE, vous profiterez d’un accompagnement dans la création de votre entreprise, réalisé avec un organisme conventionné. Ce le sera sur une période de 3 ans. Cet accompagnement peut être couplé avec un PTZ de 8 000 euros sur 5 ans. Enfin, avec l’ARCE, vous pouvez convertir 45 % des droits de l’ARE en capital. Vous devez donc toucher l’Allocation d’Aide au Retour à l’Emploi pour y avoir le droit.

Les crédits d’entreprise

Voici les crédits disponibles :

  • Le crédit bail immobilier ou mobilier
  • Le PTZ ou prêt d’honneur
  • Le prêt solidaire
  • Le micro crédit professionnel
  • Le crowdfunding

Tous ces crédits peuvent être octroyés sans que vous ayez d’intérêt à payer. La seule exception est pour le crédit bail où vous avez un taux compris entre 1 et 6 % pour le mobilier et 5 et 15 % pour l’immobilier. Dans le cas du crowdfunding, à la place des intérêts, il peut vous être demandé une participation avec des précommandes, par exemple. Maintenant, les investisseurs peuvent aussi ne rien vous demander du tout.

A lire :  Quelles sont les techniques pour rencontrer une femme célibataire ?

En ce qui concerne les montants, c’est variable. Par exemple, vous pouvez obtenir 50 000 euros avec un prêt d’honneur. Dans le cas d’un micro crédit, la somme ira jusqu’à 10 000€ sur 4 ans. Attention, vous aurez besoin d’un garant se portant caution sur la moitié de la somme.

Les formations

Lors de la création d’entreprise, des étapes sont à respecter. L’accès à la formation en fait partie, et cela, tout au long de la vie de votre entreprise et même avant de vous lancer. Vous pouvez donc l’envisager pour développer vos compétences en création d’entreprise ou vous perfectionner dans votre domaine d’activité. Dans ce dernier cas de figure, cela peut se faire quelle que soit l’ancienneté de votre société. En effet, vous pouvez vouloir vous tenir informé des dernières nouveautés ou vous maintenir à niveau.

N’hésitez pas à vous renseigner si vous avez un compte personnel de formation. Si vous avez ouvert suffisamment de droit, vous pourrez financer des formations. Si vous êtes inscrit à Pôle Emploi, là encore, vous pouvez trouver des formations. Voici un conseil lors de la création que nous pouvons vous donner : ce n’est pas parce que vous êtes en recherche d’emploi que vous ne pouvez pas envisager une reconversion en vous mettant à votre compte. C’est même peut-être le moment idéal. En plus, vous serez aidé dans la création d’entreprise, étape après étape.