Vetapp : une application pour soigner ses animaux à distance

Depuis l’épidémie du covid-19 qui s’est répandue à une vitesse effroyable, le monde a dû faire face à la fermeture de tous les établissements qui ne sont pas considérés comme «première nécessité». Ainsi, face à la fermeture des cliniques vétérinaires, aggravant certains cas de morbidité chez les animaux de compagnie, un projet est né dans la tête de Antoine Escudier, 24 ans, originaire de Caen, qui a lancé l’application Vetapp, une plateforme de consultation vétérinaire à distance. En effet, le 5 mai 2020, un décret a été signé autorisant les vétérinaires à effectuer des consultations à distance. Ainsi, le concept de l’application est très simple : chaque propriétaire d’animaux de compagnie doit s’associer à un vétérinaire en ligne pour transformer le suivi d’une petite pathologie, en consultation téléphonique.

Cliquez ici pour lire plus d’articles sur vos animaux de compagnies.

Nous aimons très fort nos animaux de compagnie, mais parfois, amener son animal chez le vétérinaire n’est pas toujours une partie de plaisir. Cela vous oblige généralement à demander une demi-journée à votre employeur, car les rendez-vous ne sont pas toujours proposés aux horaires qui conviennent. Et cela vous oblige même à vous occuper d’animaux qui ne sont pas toujours obéissant et qui ont tellement peur qu’ils aient tendance à vouloir de la cage. C’est pour toutes ces raisons que cette application a été créée, pour résoudre tous ces problèmes liés au suivi médical de vos animaux de compagnie. En effet, grâce à cette application, plus besoin de se déplacer chez votre vétérinaire lorsqu’il s’agit de consultation pour de petites pathologies (évidement !).

Actuellement, la plate-forme n’est utilisée que pour les animaux de compagnie. Les animaux d’élevage sont soumis à des lois très spécifiques et nécessitent une surveillance attentive. Mais à long terme, la jeune Start Up espère fournir des services de consultation téléphonique aux propriétaires d’animaux d’élevage et aux agriculteurs et espère lister au moins 500 vétérinaires français sur sa plateforme d’ici fin 2021.