Comment se passe la vente d’un bien immobilier ?

Comment se passe la vente d'un bien immobilier ?

Vous souhaitez vendre votre bien au plus vite et au meilleur prix ? Attention de ne pas confondre vitesse et précipitation. Nous nous proposons donc de voir, étape par étape, comment se déroule la vente d’un bien immobilier.

L’estimation du prix de vente de votre bien immobilier

Il faut bien l’avouer, estimer son bien immobilier par ses propres moyens est quasi impossible. Les sites vous proposant des outils qui vont vous permettre d’estimer votre bien en ligne peuvent être d’une aide précieuse. Toutefois, aucun d’entre eux ne sera aussi précis qu’un professionnel.

En faisant appel à un professionnel, ce dernier connaîtra parfaitement le marché de l’immobilier de votre lieu d’habitation, ainsi que les tendances actuelles sur les prix. Il sera également capable de voir les points positifs, mais également les points négatifs de votre bien.

Si vous trouvez l’estimation trop basse, rien ne vous empêche de demander un second avis. Attention, néanmoins, à ne pas tomber dans le piège de la surestimation. En effet, si le prix est trop haut, les visites seront moins nombreuses et par conséquent, les délais pour la vente risquent de s’allonger de plusieurs mois, voire d’une année.

La publication de l’annonce immobilière

Maintenant que vous connaissez le prix de vente de votre bien, il va falloir le vendre. Vous avez plusieurs options qui s’offrent à vous.

La première solution concerne les petites annonces. Elles sont accessibles aux particuliers, comme Le Bon Coin ou PAP. Attention avec ce type d’annonce, c’est vous qui allez devoir jouer le rôle d’agent immobilier. Il vous faudra donc être capable de répondre à toutes les questions des futurs acheteurs. Vous devrez également fixer des rendez-vous pour les visites, voire négocier le prix de vente. Vous devrez y consacrer du temps, sans quoi votre bien va rapidement devenir invisible sur les sites internet.

A lire :  Pourquoi faire estimer sa maison ? Les 3 bonnes raisons de le faire

L’autre solution est de déléguer cette tâche à une agence immobilière. Ils seront capables de mettre l’annonce de votre bien en ligne sur de très nombreux sites et de les actualiser aussi souvent que nécessaire. Avec cette solution, vous n’aurez qu’à attendre patiemment qu’une personne vous fasse une proposition d’achat du bien immobilier. Bien évidemment, l’agent immobilier sera à même de vérifier la solvabilité et le sérieux du dossier, vous évitant au maximum les mauvaises surprises.

Attention, dans les deux cas, vous devrez fournir le diagnostic performance énergétique de votre logement. En effet, le diagnostic performance énergétique est obligatoire depuis 2006.

Comment se passe la vente d'un bien immobilier ?

La signature du contrat de vente

Vous êtes tombé d’accord sur le prix avec le futur acquéreur ? Maintenant, vous allez avoir la possibilité de passer à la signature du compromis de vente et à la signature de la promesse de vente. Même si les deux ont la même finalité, il y a pourtant quelques différences qui sont loin d’être anodines.

La signature de la promesse de vente

Elle s’appelle aussi promesse unilatérale de vente, puisque ce contrat n’engage que le vendeur. Cette promesse permet de réserver le bien à un acquéreur, pendant une période donnée et à un prix spécifique. En contrepartie, le futur acheteur devra verser 10% du montant total de la vente (hors frais de notaire).

Cette promesse de vente doit obéir à une formalité bien précise. Nous vous conseillons donc de signer cet acte devant un notaire, mais il est possible de réaliser cette promesse de vente sous seing privé. Pour finaliser la vente, vous devrez lever l’option et l’acquéreur devra confirmer son intention d’achat du bien immobilier.

A lire :  Comment estimer sa maison soi-même ?

Il est important de préciser deux choses : si l’acheteur se désengage, il perdra alors ses indemnités, sauf si ce désistement est prévu dans une des clauses de l’acte de vente du notaire. Il y a également un délai de rétractation pour l’acheteur. Ce délai de rétractation est de 10 jours.

Il doit également faire parvenir le document au service des impôts dans ce laps de temps, sans quoi cette promesse sera nulle. Bien évidemment, si vous passez devant un notaire, c’est à lui de s’en occuper. Enfin, sachez que l’acheteur a un délai de rétractation de 10 jours. Il était seulement d’une semaine avant la loi d’août 2015.

La signature du compromis de vente

Cette fois, il s’agit d’un contrat synallagmatique. Les deux parties sont donc engagées dans cette procédure. Dans ce cas, il n’y a aucune somme à verser. Toutefois, le vendeur et l’acheteur doivent mener la transaction jusqu’au bout.

Si d’aventure, en tant que vendeur, vous aviez envie d’annuler cette promesse, vous pourriez être condamné à verser des dommages et intérêts. Ils peuvent représenter jusqu’à 20 % du montant de la transaction. Pour l’acheteur, le désistement est possible, mais uniquement si cela correspond à une des clauses suspensives dudit contrat (impossibilité de trouver un crédit immobilier).

La signature de l’acte de vente définitif

Avant de donner les clés à l’acheteur et de prendre rendez-vous pour la signature de l’acte de vente définitif, vous devrez attendre que le droit de préemption de votre mairie ait été levé, ainsi que toutes les clauses suspensives du contrat qui ont été signées entre les deux parties. Contrairement à la promesse de vente, alors, vous devrez forcément passer devant le notaire.

A lire :  Qui peut faire de la gestion locative ? 

D’ailleurs, il est à noter que ce dernier peut être différent entre l’acheteur et le vendeur. Bien évidemment, dans ce cas, les sommes dues seront partagées entre les deux notaires et aucun surcoût ne peut vous être demandé.

C’est au moment de la signature devant le notaire que l’acheteur doit payer le prix prévu, en échange de quoi il reçoit les clés. Enfin, aussi surprenant que cela puisse paraître, le titre de propriété ne sera envoyé qu’au propriétaire qu’un an après le passage devant le notaire.

De quoi sont constitués les frais de notaire ?

Pour rappel, les frais de notaire dans l’ancien représentent entre 7 et 8 % du prix du bien. Attention et, malheureusement pour les notaires, la très grande majorité de cette somme ne leur revient pas réellement. En réalité, 80 % de cette somme revient à l’État avec différentes taxes, auxquelles il faut ajouter des droits d’enregistrement et enfin la TVA. Si vous vous posez la question, les émoluments d’un notaire représentent seulement 1,3% de cette somme.

Bref, vous l’avez compris, il est inutile de chercher à négocier. Toutefois, si vous avez fait appel à une agence immobilière, vous pouvez négocier les frais d’agence immobilière. Cependant, n’oubliez pas que c’est en grande partie grâce à eux que vous avez vendu rapidement votre bien immobilier et au meilleur prix.