Quel est le principe de la cryptomonnaie ?

Quel est le principe de la cryptomonnaie ?

Vous avez surement vu un reportage ou entendu une émission qui parle du bitcoin, et plus généralement, des cryptomonnaies. Comme beaucoup de personnes, il est possible que vous n’ayez qu’une très vague idée de ce qui se cache derrière ce mot. Nous nous proposons donc de faire le point sur cette fameuse cryptomonnaie.

La définition d’une cryptomonnaie selon AMF

Selon l’autorité des marchés financiers, il ne s’agit pas d’une monnaie, mais plutôt d’un actif. Dans ce cas, nous devrions plutôt utiliser le terme de monnaie crypto-actif, plutôt que celui de cryptomonnaie. Cet actif numérique virtuel, qu’il soit sous forme de coin ou de token, repose toujours sur une technologie, appelée Blockchain. Vous pouvez vous en procurer sur des plateformes d’échange de crypto.

Contrairement à une monnaie qui a un cours légal et qui est émise par la banque centrale d’un pays, les cryptomonnaies ne fonctionnent pas avec un tiers de confiance. Ainsi, leur valeur est fixée uniquement en fonction de l’offre et la demande globale. De ce fait, ce type d’actif est extrêmement volatil, ce qui implique un fort risque de perte en capital.

À ce jour, le marché des cryptomonnaies est composé de pas moins de 1300 monnaies crypto-actifs.

Toujours selon l’autorité des marchés financiers, les plus connus et les plus prisés du grand public sont  :

  • Le bitcoin
  • Le ripple
  • L’ether (plus connu du grand public sous le nom Ethereum)
  • Le litecoin
  • Le nem
  • Le dash

Coin ou token : quelle différence pour une cryptomonnaie ?

Il est important de définir ces deux termes, car ils sont à l’origine de nombreuses confusions pouvant induire un investisseur en erreur.

A lire :  Est-ce que les retraités bénéficient de la prime inflation ?

Le coin

Commençons par le coin, que nous pourrions traduire par “pièce” en français. Il s’agit de l’unité de compte d’une cryptomonnaie. Par conséquent, pour qu’un coin soit créé, il doit forcément avoir recours à sa propre blockchain. Ils sont parfois appelés Altcoin, même si certains experts financiers estiment que ce terme devrait exclusivement être utilisé pour les cryptomonnaies utilisant la même blockchain que le bitcoin.

Le token

Le token que nous pourrions traduire par “jeton” est un peu différent. Il s’agit d’un actif numérique lié à une cryptomonnaie. Il en existe de 3 formes :

  • Les utility tokens qui vont permettre d’accéder à un produit ou un service
  • Les security tokens vous permettant d’investir dans le projet de la blockchain elle-même
  • Les equity tokens que nous pourrions comparer à des actifs financiers d’une entreprise

Le token peut également servir de crypto-monnaie en tant que tel, même si à la base, ce n’est pas son but premier. Par contre, et contrairement à un coin, il ne possède pas sa propre blockchain. Un très grand nombre de tokens est issu de la blockchain Ethereum. Le token le plus connu est sans conteste aujourd’hui le NFT.

Si nous devions faire un résumé, le coin est à la fois une unité de compte et une réserve de valeur, issu d’un système décentralisé, appelé blockchain. Le token est un simple actif numérique qui peut avoir de multiples usages. Il est lié à une blockchain.

Quel est le principe de la cryptomonnaie ?

Comment définir une cryptomonnaie ?

Si nous oublions un peu la définition de l’autorité des marchés financiers, nous pourrions définir une cryptomonnaie de la façon suivante : Les cryptomonnaies ont besoin quoi qu’il arrive d’une technologie blockchain. Elles utilisent toutes un système de cryptographie, d’où le nom de cryptomonnaie.

A lire :  Quel taux d'endettement pour rachat de crédit ?

Par contre, comme n’importe quelle monnaie, elle a trois fonctions :

  • Une réserve de valeur
  • Un intermédiaire de transaction
  • Une unité de compte

De la même manière qu’une monnaie émise par une banque centrale (monnaie fiat), une cryptomonnaie peut être échangée, déplacée, divisée et même détruite.

Il y a deux différences majeures avec une monnaie émise par une banque centrale. La première est que la cryptomonnaie n’a aucune valeur intrinsèque. Sa valeur n’est donc soumise qu’au principe de l’offre et de la demande et cette monnaie n’a aucun cours légal. Cela peut ainsi varier en fonction de la plateforme d’échange crypto où vous achetez vos bitcoins par exemple avec quoi qu’il arrive un fort risque de perte en capital.

La seconde différence est qu’il n’existe pas de billets Ether, des pièces en bitcoin ou de carte bleue qui vont vous permettre de payer en Ripple. Il faut toutefois pondérer ces propos, car il est possible d’acheter des articles de la vie courante avec des cryptomonnaies. L’exemple le plus connu et qui a fait le plus de buzz est très certainement la possibilité qu’a offert Elon Musk d’acheter une voiture Tesla et de la payer en bitcoin.

La blockchain et les cryptomonnaies

Vous l’avez compris, les marchés cryptomonnaies ne peuvent pas fonctionner, ni exister, sans la technologie blockchain. Il reste à savoir en quoi consiste exactement cette technologie.

Rassurez-vous, nous n’allons pas entrer dans des détails trop techniques, mais juste vous permettre de comprendre en quoi cela consiste.

Il faut imaginer un grand livre de compte où tout le monde est libre d’écrire, mais peut aussi voir les transactions. Chacune de ces transactions porte le nom de bloc. Ce livre de compte est en réalité une grosse base de données. Bien évidemment, pour éviter tous risques de piratage ou de falsification, il est important de contrôler chaque bloc. Cette vérification est faite par des personnes qu’on appelle des mineurs. Ils doivent :

  • Comparer les blocs avec les opérations précédentes
  • Identifier la traçabilité
  • Vérifier la correspondance avec le bloc précédent et le suivant
A lire :  Inflation : 14 dépenses inutiles à éliminer pour optimiser votre budget

Vous vous en doutez, ces opérations sont de plus en plus complexes et demandent de plus en plus de vérifications. Fort heureusement, toutes ces vérifications sont faites par des machines. Ces mêmes machines sont mises à la disposition des mineurs. En échange de ce temps machine, les mineurs sont rémunérés en cryptomonnaies de la blockchain contrôlée. On parle alors, dans ce cas, de proof to work.

Il faut savoir que cette rémunération est définie à l’avance et est revue tous les 4 ans, du moins pour la blockchain bitcoin. Le terme utilisé dans cette opération est le Haveling. Toujours pour le bitcoin, les sommes offertes aux mineurs de bitcoin sont alors divisées par deux. Il est donc de plus en plus difficile de rentabiliser son temps machine, du moins pour un particulier qui souhaiterait se lancer dans le minage. Il existe malgré tout des solutions pour miner des cryptomonnaies, dans le but de gagner un peu d’argent.