Dragon Ball Super : Super Hero, un véritable ovni décevant dans l’univers de Toriyama

Avis aux amateurs de Dragon Ball, l’un des mangas les plus cultes des années 80. L’œuvre d’Akira Toriyama présente aujourd’hui son nouveau film. Super Hero est le tout premier film de la franchise à proposer de la CGI, une méthode d’animation 3D très controversée et qui n’a pas manqué de perturber les fans. Sorti au Japon il y a déjà plusieurs mois, mais également aux États-Unis, qui a accueilli le film avec beaucoup d’enthousiasme, c’est avec de nombreux mois de retard que la France le propose enfin en salle.

Entre l’absence de communication sur sa sortie en France, et la déception de nombreux fans français qui ont pris la peine de le visionner en ligne, ce film est loin de faire l’unanimité. Il faut dire que là où les Américains ont adoré cet univers de super-héros, qui leur était d’ailleurs destiné, le public français a davantage conscience des faiblesses de ce film qui s’appuie majoritairement sur de nouvelles transformations et des combats qui sont tout de même bien animés, il faut l’admettre. Retour sur ce film qui risque de réaliser un flop cette semaine.

Les points forts de ce film Dragon Ball, tout de même peu nombreux

Comme pour toute œuvre, il y a du bon à sortir de ce film. Ce n’est tout de même pas 1h40 de calvaire pour les fans, qui apprécieront les quelques clins d’œil aux débuts de Dragon Ball, notamment avec le retour du Ruban Rouge.

Un premier essai plutôt réussi sur la CGI

Le premier point principal à souligner est la qualité d’animation de ce film. L’animation 2D traditionnelle est monnaie courante au Japon, mais en raison du temps que cela prend et du budget que ça représente, de plus en plus de studios se tournent vers la CGI. Cette méthode d’animation 3D, bien exécutée, peut donner l’illusion et le charme de la 2D, tout en faisant gagner du temps. Les visages sont également plus expressifs avec la CGI, ce qui est tout de même appréciable.

A lire :  Snapchat : des liens et de filtres vocaux dans les snaps

La franchise Dragon Ball ne s’était jamais risquée à la CGI auparavant. Il faut dire que les fans de cette œuvre ont très vite tendance à critiquer le changement. Malgré tout, l’animation est très réussie dans ce film pour un premier essai. Le studio Toei Animation a bien fait de s’y risquer car le résultat se mélange très bien à l’univers du film, dynamique et coloré.

Un film qui met en valeur Piccolo et introduit Pan avec tendresse

Il est très plaisant de retrouver des personnages longtemps mis au second plan, plutôt que de se concentrer une nouvelle fois sur Goku. C’est aujourd’hui le cas de Piccolo, véritable protagoniste de ce film. Celui-ci partage les pensées du spectateur adepte de l’œuvre, déçu du personnage de Gohan qui ne consacre plus de temps à son entraînement.

À l’inverse, sa fille, Pan, est enfin introduite, et elle est plus qu’attachante. Très motivée à s’entraîner et complice avec Piccolo, elle se démarque particulièrement à l’écran malgré son jeune âge et le fait qu’elle ne puisse pas encore se battre. Elle sert également d’élément déclencheur à la colère de son père, pour le plus grand plaisir de Piccolo, qui trouve enfin un moyen de remotiver son disciple.

Un démarrage intéressant

Autre point fort de ce film, le démarrage, qui nous met tout de suite dans le bain. Avec une petite piqûre de rappel qui fait office d’introduction à l’œuvre pour ceux qui ne la connaissent pas, l’ouverture du film appelle à la nostalgie en montrant des scènes considérées comme cultes. La découverte de l’intrigue du film et des antagonistes est également très intéressante, et rend la suite prometteuse. Malheureusement, le film n’est pas à la hauteur de son démarrage.

A lire :  Comment mettre en place une campagne avec des influenceurs ?

Les ratés de Super Hero, qui le rendent très moyen

Malgré tous ces points forts, le film de Toriyama ne sera probablement pas encensé par les critiques suite à sa sortie au cinéma. En effet, de nombreux points noirs gâchent le plaisir qu’aurait pu procurer ce film, au concept prometteur.

Un scénario faible qui semble bâclé

La déception principale de nombreux fans est son scénario faible et décousu. Malgré un démarrage en douceur, qui pose de belles bases avec le retour du Ruban Rouge et la découverte du petit-fils du Docteur Gero, au fur et à mesure que le film avance, le rythme s’accélère et le scénario en pâtit. Les dialogues sont simplistes et manquent de profondeur et la psychologie des personnages n’est que très peu présentée.

La prise de conscience de Gamma 2 que les méchants ne sont pas nécessairement dans le camp qu’ils pensent se passe en seulement quelques minutes, sans la moindre réflexion. Tout semble simplifié, là où un film de super-héros aurait été idéal pour se questionner sur la notion de bien et de mal. On ne décèle d’ailleurs aucune émotion notable chez les jumeaux Gamma, qui restent attachants mais manquant cruellement de relief.

Des transformations sans réel contexte

Autre faiblesse du scénario, les transformations. Elles sont toujours des éléments clés dans Dragon Ball, mais sont particulièrement décevantes ici car sans réel contexte. La transformation de Piccolo est présentée comme un “petit boost”, ce qui n’a ni queue ni tête. Quant à celle de Gohan, elle n’est finalement jamais réellement expliquée, si ce n’est par la colère. Quelle est la différence avec la transformation en Super Saiyan cependant, si ce n’est pour proposer une nouvelle transformation au public ?

A lire :  Facebook s’offre une page de pub dans la presse pour s’excuser à nouveau

Le “grand méchant de la fin” sans la moindre psychologie

Pour clôturer cette critique interminable du dernier film de la Toei, parlons du boss final digne d’un jeu vidéo, Cell Max. Celui-ci n’a rien à envier au réel Cell, qui était cruel et intéressant. En plus de ne pas dire un seul mot, Cell Max passe tout son temps à l’écran à hurler à la mort, ce qui est tout bonnement insupportable. Même Broly dans le film précédent criait moins, c’est dire.

Une véritable déception pour tous les fans qui auraient aimé retrouver un semblant de psychologie et de réels objectifs chez les méchants de l’univers. Il faut dire que Dragon Ball nous a habitués à des méchants cruels et avec un véritable but, et non pas un géant sans cerveau qui frappe tout ce qui bouge.

Si, malgré tout cela, vous souhaitez tout de même visionner ce film afin de vous faire votre propre avis, sachez que Dragon Ball Super : Super Hero sort au cinéma aujourd’hui et proposera donc de nombreuses séances en VF et VOSTFR à Paris et dans le reste de la France.