Quels sont les risques de dépendance au CBD ?

Quels sont les risques de dépendance au CBD ?

Le CBD et le cannabis sont souvent des éléments que l’on confond. Cependant, ils sont très différents, ils ne procurent pas les mêmes effets : l’un est quasiment dépourvu de THC tandis qu’un autre possède au contraire une teneur en THC plus élevée. Le THC est une chose à prendre en compte vis-à-vis de la dépendance. Découvrez dans cet article quels sont les risques de dépendance au CBD.

L’addiction au cannabis : qu’est-ce-c’est ?

Souvent confondus, le cannabis (qui contient beaucoup plus de THC) et le cannabidiol (autrement nommé CBD) ne partagent pas les mêmes risques de dépendance.

C’est quoi la dépendance ?

La dépendance se définit comme une envie chronique de faire ou de consommer quelque chose, pouvant être causée par différents produits et habitudes : consommation de sel, usage d’opioïdes, paris sportifs, alcool et même un individu (dépendance affective), nombreux sont les types de dépendance. La personne ou le consommateur se retrouve en manque si son envie n’est pas comblée rapidement. Puisque notre cerveau ne peut fonctionner normalement s’il est privé de la substance en question, la dépendance est considérée comme une pathologie.

Les différences entre dépendance au cannabis et accoutumance au CBD

La définition de l’accoutumance diffère de celle de la dépendance. L’accoutumance est un terme servant à définir l’adaptation de l’organisme et du corps à la consommation d’une substance. Il est donc possible d’être sujet à l’accoutumance sans être dépendant. Cependant, il faut bien différencier l’accoutumance au CBD et la dépendance au cannabis, car les effets ne sont pas les mêmes.

Tout d’abord, le CBD (également appelé cannabidiol) est une substance extraite de la plante de chanvre, c’est-à-dire du cannabis. Le CBD et le cannabis entretiennent un lien assez étroit, ce qui peut justement prêter à confusion et créer une méfiance chez certains individus. Cependant, l’effet recherché dans ces deux éléments n’est pas le même : lorsque l’on parle d’une dépendance au cannabis, l’on parle d’une dépendance au THC. Autrement nommé tétrahydrocannabinol, qui fait également partie des cannabinoïdes, bien que ses effets et propriétés soient différents de ceux accordés au CBD.

A lire :  Comment retarder ses règles ?

Le THC, donc le cannabis, est principalement consommé pour ses effets psychotropes qui dynamisent l’hormone du “plaisir immédiat”, c’est-à-dire la dopamine. Cet effet euphorisant peut rapidement déclencher un sentiment de dépendance. En France, en général, les individus pratiquant la consommation de cannabis le consomment avec du tabac, qui est déjà une substance addictive.

Le CBD ne procure pas d’effet psychotrope à ses consommateurs, contrairement au cannabis. Il faut donc plus parler d’accoutumance au CBD que de dépendance. Le cannabidiol est donc une substance non addictive.

Quels sont les risques de dépendance au CBD ?

Le CBD et les risques de dépendance

Le CBD ne cause pas autant de dépendance que l’on pourrait le croire, il a même de nombreux bienfaits.

Le CBD ne procure pas d’effets psychotropes

Les substances psychoactives agissent sur les récepteurs de leur organisme, ce qui donne à la personne qui les consomme un sentiment d’euphorie, qui est un des effets principalement recherché dans la consommation de cannabis avec du THC. C’est lorsqu’un produit agit sur le système nerveux que la dépendance se manifeste. Ces récepteurs étant toujours sollicités, ils deviennent moins efficaces et donc le consommateur en vient à être en situation de manque. Néanmoins, dans le cas d’une consommation élevée de CBD, le consommateur n’éprouve pas le besoin d’augmenter les doses car les récepteurs se bloquent. Le cannabidiol n’agit pas sur les mêmes récepteurs que le THC : ils agissent sur la sérotonine, l’hormone du bonheur ! Le CBD ne concerne pas le système de récompense présent dans le cerveau. Cet élément apporte même du bien-être, et au contraire, on lui accorde notamment des vertus analgésiques, neuroleptiques, anti-inflammatoires et anxiolytiques.

Le CBD permettrait de lutter contre les addictions

Le cannabidiol est notamment utilisé dans le traitement de certaines addictions, y compris celles avec du cannabis THC. Le CBD peut notamment favoriser le bien-être. Cette substance a un impact sur la consommation de nicotine d’après certaines études. Sur un panel de 24 personnes, un premier groupe a reçu une dose CBD à vapoter et le second groupe a reçu un placebo. Après analyse, il a été observé une chute de 40% de la consommation de cigarettes chez les personnes ayant reçu du CBD. 

A lire :  Comment évacuer un bouchon de selles ?

Cependant, il faudrait davantage d’études et d’approfondissements sur le sujet pour obtenir de véritables réponses sur le véritable rôle du cannabidiol.

Le CBD permet de réduire la prise de THC

De nombreuses études ont essayé de démontrer que la prise de CBD par cigarette électronique (cependant sans combustion liée au tabac et THC), par voie sublinguale avec de l’huile CBD ou avec vaporisation permettrait de réduire la dépendance au THC. Le CBD permettrait de réduire à la fois l’addiction au THC et sa consommation, sans manifestation d’effets néfastes. Cependant, la science commence tout juste à s’intéresser à ces questions : des recherches plus approfondies doivent être menées afin de pouvoir plus précisément déterminer les effets du cannabidiol sur l’addiction au THC.

Le CBD peut-il vraiment apporter une dépendance ?

Les produits au CBD contiennent peu de THC, le taux est inférieur à 0.2% de THC (le taux maximal est de 0.3%), il n’est donc pas probable de devenir dépendant au CBD. Cependant, il faut faire attention à la prise de cannabidiol et à sa surconsommation car elle peut notamment entraîner des diarrhées ou des nausées. Le risque de dépendance est quasiment inexistant, ce qui laisse présager des possibilités en termes de cannabis médical. Le CBD ne présente donc pas de risque de dépendance s’il est consommé sans tabac (donc sans combustion) et sans THC.

Au contraire, le CBD s’avère être utile pour un sevrage et pour lutter contre d’autres addictions. Si un consommateur a pris l’habitude de consommer du CBD de manière journalière, arrêter du jour au lendemain causera un certain manque. Néanmoins, nous ne parlons pas du même manque notamment entraîné par l’arrêt de consommation de cannabis et de THC, par exemple, ou même la nicotine, qui nécessitent un sevrage pouvant être éprouvant. En revanche, vous pouvez être amené à regretter la sensation de bien-être apportée par le vapotage du CBD par exemple.

A lire :  Comment dormir avec une tendinite à l'épaule ?

Aujourd’hui, nombreux sont les produits à base de CBD étant consommés pour se relaxer notamment, au contraire de la recherche d’un état second ou d’effets psychotropes par exemple apporté par du cannabis THC. La pratique de la consommation de ce produit se démocratise de plus en plus car elle ne crée pas d’effets indésirables ou de dépendance.

Cependant, en attendant que des recherches plus approfondies sur la question aient lieu, il est recommandé de rester modéré dans sa consommation de CBD.

En effet, les conclusions tirées ont seulement pour appui le faible potentiel d’abus lié à la prise de CBD qui ne procure aucune sensation d’euphorie ou d’état secondaire.

Quelques conseils pour diminuer les risques d’attachement au CBD

Voici quelques conseils afin d’écarter tout risque de dépendance :

  • Ne pas ritualiser sa prise : Il faut éviter de se dire de prendre du CBD tous les jours par exemple. Il ne faut pas avoir un moment quotidien
  • Consommez les produits à base de cannabidiol de manière très ponctuelle
  • Ne pas prendre avec soi sa cigarette électronique et son flacon d’e-liquide au CBD pour les voyages qui ne durent pas longtemps

Bien que le CBD ne présente à première vue pas de risque de dépendance, libre à vous de mettre en place ces conseils pour éviter de trop vous attacher à cette substance !