Pourquoi le ciel est bleu : découvrez la diffusion de Rayleigh !

Pourquoi le ciel est-il bleu ?

Tout le monde sait que le ciel est bleu, mais pourquoi ? Il semble qu’il devrait y avoir une explication facile pour quelque chose de si commun que nous prenons pour acquis. Après tout, quand on voit le ciel, que voit-on d’autre ?

Presque tout le monde s’accorde à dire que la raison principale pour laquelle le ciel est bleu est la diffusion de Rayleigh. Il s’agit d’un phénomène par lequel la lumière du soleil se courbe lorsqu’elle traverse les molécules d’air. Par conséquent, la lumière bleue se diffuse davantage que les autres couleurs de lumière, ce qui donne l’apparence d’une teinte bleue. Il existe de nombreuses théories différentes sur la raison de ce phénomène et la plupart d’entre elles sont contestées.

Certains scientifiques supposent que la lumière du soleil entrant sous un angle oblique provoque des turbulences dans les molécules d’air et crée une diffusion de Rayleigh ; d’autres supposent que la diffusion est causée par la lumière frappant de minuscules particules dans l’atmosphère appelées aérosols ; et d’autres encore supposent que la diffusion de Rayleigh résulte de l’interaction de la lumière UV avec les gaz de la haute atmosphère (la stratosphère). Ces hypothèses présentent également plusieurs difficultés, car elles devraient expliquer pourquoi une seule longueur d’onde spécifique de la lumière (le bleu) est affectée plutôt que d’autres longueurs d’onde ou types de lumière (rouge ou jaune).

Diffusion de Rayleigh

Le processus de diffusion de Rayleigh est dû au fait que la lumière se déplace en ondes ; elle est donc affectée par d’autres ondes lorsqu’elle traverse l’air. La lumière bleue est davantage diffusée que les autres longueurs d’onde de la lumière parce que les molécules de l’atmosphère sont légèrement plus denses que les autres longueurs d’onde (ou, pour faire simple, plus épaisses). Par conséquent, la lumière bleue a plus de mal à traverser l’air que les autres longueurs d’onde, ce qui fait qu’elle est diffusée.

A lire :  DHL : un service de livraison vers la Lune bientôt disponible

Lumière ultraviolette

La lumière UV est la plus nocive pour l’homme. La principale raison de sa nocivité est la présence de radicaux libres qui peuvent provoquer une mutation de l’ADN et donc un cancer. Les UV sont également responsables de la dégradation de nombreuses molécules du corps humain, dont certaines vitamines. En outre, ce rayonnement augmente le risque de développer un cancer de la peau.

Stratosphère et ciel bleu

Dans la stratosphère, l’air est si fin qu’il atteint une zone de basse pression. L’effet de la basse pression sur les molécules d’air fait qu’elles se déplacent plus lentement, ce qui entraîne une moindre diffusion de la lumière bleue. Comme la température de l’air diminue avec l’altitude, la couche d’ozone se forme dans la stratosphère. Cette couche est chargée de filtrer les rayons UV, ce qui nous permet de profiter des bienfaits du soleil sans avoir à nous soucier des dommages causés à la peau.

La couche d’ozone est extrêmement sensible aux changements de température et à la pollution atmosphérique ; si l’un ou l’autre est déséquilibré, la couche se rétrécit, permettant à davantage de rayons UV d’atteindre la surface de la Terre. Cela pourrait entraîner une augmentation des taux de cancer de la peau, c’est pourquoi il est important de protéger la couche d’ozone.

Couche d’ozone

Lorsque les rayons ultraviolets frappent les molécules de la stratosphère, celles-ci se décomposent et deviennent des composés d’oxygène et d’azote. Les composés d’oxygène sont ceux que nous respirons et les composés d’azote ont plusieurs usages, notamment comme engrais et pour la production de sources d’énergie. L’un de ces usages est un gaz utilisé dans les climatiseurs. La couche d’ozone étant très sensible, elle se trouve principalement dans la stratosphère. Si la couche d’ozone venait à se rompre, nous pourrions subir davantage de rayons UV nocifs et avoir moins d’oxygène disponible pour respirer.

A lire :  Les exploits des sondes Voyager I et II quarante ans après leur lancement dans l’espace

Formule chimique de l’oxygène et de l’azote

La formule chimique de l’oxygène (O2) et de l’azote (N2) est une formule en deux parties, dont chacune possède une unité de mesure : une molécule (m). La molécule d’oxygène contient deux unités de O2, chacune étant un atome d’oxygène unique. La molécule d’azote contient deux unités de N2, chacune d’entre elles étant un atome d’azote unique.

Dioxyde d’azote (NO2)

Le dioxyde d’azote est un gaz nocif qui est l’un des sous-produits de la production d’engrais azotés et d’énergie. Lorsque les plantes utilisent des nitrates pour produire de l’énergie, elles décomposent les molécules d’azote et libèrent ainsi du dioxyde d’azote. Ce gaz est extrêmement toxique pour l’homme et se retrouve dans les conditions de smog. En fait, c’est l’un des polluants les plus courants dans les zones urbaines.

Oxyde d’oxygène (O3)

L’oxygène et l’ozone se combinent dans l’air pour former une molécule appelée oxyde d’oxygène. Cette molécule est instable et se forme à partir de l’oxygène lorsqu’il est exposé à la lumière du soleil. C’est la principale cause du ciel bleu que vous voyez. Cependant, il existe d’autres substances qui créent la coloration bleue du ciel. L’une des plus courantes est l’oxyde de silicium, également connu sous le nom de sable. Les masses d’air riches en particules de sable font apparaître le ciel en bleu.

Le ciel apparaît bleu en raison de la diffusion de Rayleigh, un processus par lequel la lumière est diffusée par les molécules d’air. Cependant, le processus de diffusion n’est pas entièrement compris et il existe plusieurs hypothèses qui tentent de l’expliquer. La principale raison pour laquelle le ciel est bleu est la diffusion de Rayleigh, mais d’autres substances contribuent à la couleur bleue du ciel, notamment l’oxyde de silicium et les particules de sable.