Tout ce que vous devez savoir sur l’agoraphobie

Tout ce que vous devez savoir sur l'agoraphobie

Tout d’abord, pour éviter toute confusion, l’agoraphobie n’est pas une maladie, ce n’est pas contagieux. C’est une peur, ou plutôt une phobie. C’est la peur irrationnelle de quelque chose, il n’y a donc pas de logique à chercher. Comme la claustrophobie qui est la peur irrationnelle des petits espaces, des espaces confinés. Durant les cache-cache, ce sont les personnes qui préféraient ne pas se cacher plutôt que de devoir aller dans le placard. 

En quoi consiste l’agoraphobie ?

L’agoraphobie est un trouble anxieux reconnu. C’est la peur irrationnelle de la foule, des endroits où se produisent des grands rassemblements. Ils ont en fait peur que s’il y a de la panique, ils ne puissent pas atteindre facilement la sortie où être perdue dans la foule. Ce qui en soi est la peur d’un évènement qui pourrait arriver. Mais, des milliers de personnes vont chaque jour dans les centres commerciaux en le sachant. Pour les agoraphobes en revanche, c’est une véritable épreuve. 

Symptômes 

Dans des lieux avec de la foule, la personne agoraphobe peut commencer à avoir peur. On observe alors, un excès de transpiration, comme les mains moites. Ils peuvent commencer à paniquer et chercher désespérément une sortie même si aucun incident ne s’est produit. Des difficultés à respirer peuvent également survenir avec un petit emballement du cœur. C’est l’adrénaline liée à la peur, mais celle-ci n’est pas agréable comme après une séance de sport. À terme, la personne atteinte d’agoraphobie pourrait faire une crise de panique dans le lieu où elle se trouve. 

A lire :  Quel appareil auditif choisir ?

Les risques et conséquences du trouble

Le risque de ce trouble anxieux est que les personnes qui en sont atteintes ne sont souvent diagnostiquées que tardivement. Ce trouble ne se détecte pas sur des IRM à moins de savoir précisément ce que l’on recherche pour simuler la partie du cerveau qui cherche la peur. Mais il faut avoir un sacré flair pour savoir si l’on ne pose pas les bonnes questions. Une prise de sang n’aura aucun résultat à afficher. 

Finalement, les personnes agoraphobes sont fréquemment diagnostiquées lorsqu’un proche commence à s’inquiéter parce que la personne concernée ne sort plus du tout de chez elle, même pour des courses. 

Si vous commencez à ressentir des angoisses dans la foule, pas de panique, mais posez-vous les bonnes questions. Des solutions existent. 

Comment soigner l’agoraphobie ? 

Comment soigner l’agoraphobie ? 

Les problèmes posés par l’agoraphobie peuvent rendre une personne prisonnière de son domicile si rien n’est fait pour l’aider. Elle pourrait perdre son travail et toute vie sociale. Heureusement, des solutions existent pour soigner cette phobie, comme beaucoup d’autres.

La solution médicamenteuse 

Le plus simple est d’obtenir des anxiolytiques ou des antidépresseurs. Mais, cette solution n’est valable que sur un court terme. Elle soigne les symptômes, mais pas le fond du problème. En clair, vous ne vous sentirez plus stressé dans une foule tant que le médicaments fonctionne. Et, dès qu’il n’agit plus, vous voudrez en reprendre. Si la cause de la phobie n’est pas soignée, vous risquez de développer une dépendance au médicament. Parce que vous penserez en avoir absolument besoin pour maîtriser vos angoisses. 

A lire :  Quels aliments permettent de perdre des hanches ?

La thérapie

C’est en effet la solution la plus longue et la plus coûteuse, mais c’est la plus sûre pour votre santé et si vous voulez avoir une chance de vous débarrasser de votre phobie. Il faudra s’engager à suivre une thérapie cognitive et comportementale. Celle-ci commencera par de longs échanges avec votre thérapeute. Celui-ci cherchera quels sont les lieux et situations qui vous stressent le plus et pourquoi. De quoi avez-vous peur autour de cette foule. 

Ensuite, cela peut paraître un peu brutal, mais il utilisera ces informations contre et pour vous. Avec des exercices pratiques en sortant dans ces lieux qui vous paralysent. Progressivement, vous irez dans des endroits avec de plus en plus de foule pour vous habituer et confronter vos peurs. 

Vous apprendrez à abandonner vos comportements de fuite face aux situations stressantes et graduellement, vous retrouverez une vie sociale. Vous pouvez bien sûr demander à votre thérapeute de vous accompagner sur une séance et il le fera pour contrôler que tout se passe bien. Ou vous pouvez choisir de le faire avec un ami avant d’être seul. Néanmoins, les progrès dans la santé du travail et la crise sanitaire ont fait évoluer le télétravail. Vous pourriez en bénéficier quelques jours par semaine si vous souffrez de cette phobie et que votre poste le permet.