Starbucks n’est plus une marque à présenter : le géant américain du café est une des valeurs sûres du marché de la grande consommation, et jouit d’une popularité qui la précède. Connue même dans les pays où elle n’est pas présente, l’entreprise est une des figures incontournables de l’American Dream. Derrière cette réputation lisse, et engageante se cacheraient pourtant des secrets qui pourraient bien mettre son image à mal. C’est ce qu’un documentaire propose de découvrir dans une enquête approfondie.

Focus sur les débuts de la maison

Le documentaire revient sur les débuts de la marque : À son lancement, Starbucks attisait déjà les passions. À l’ouverture de son premier magasin, des jeunes avaient fait la queue pour être parmi les premiers à boire son fameux breuvage. Le succès fulgurant de la chaîne étonne, d’autant plus que la palette de prix est largement plus élevée que ce que l’on pourrait retrouver dans d’autres brasseries.

Avec un coût de ticket moyen évalué à 7 €, le géant fait pourtant parler de lui… et attire. Les consommateurs se bousculent pour siroter les créations de la maison, mais aussi pour en vanter les mérites. En quelques années, Starbucks est devenue LA référence dans le monde des breuvages chauds, l’incitant à renouveler régulièrement ses offres.

Son succès se confirme à l’international : aujourd’hui, Starbucks ne possède pas moins de 28 720 établissements, dispersés un peu partout dans le monde. C’est la franchise la plus puissante du genre, connaissant une renommée jusqu’à présent inégalée. Ses débuts font rêver les entrepreneurs, et est régulièrement pris comme exemple par ses concurrents. Les choses semblaient bien trop belles, et ont incité des journalistes à fouiller derrière cette structure apparemment sans défaut. En quelques mois, l’enquête aurait dévoilé des pratiques douteuses, que la marque aurait adoptées depuis plusieurs années.

Des failles conséquentes dans le navire

La politique de Starbucks laissait penser que l’entreprise reposait sur des principes qui se rapprochent de la netteté de son image. Les investigations menées par des journalistes ont permis de mettre la lumière sur ses failles. Le documentaire qui sera diffusé sur Arte évoque plusieurs points que la marque aurait bien voulu garder sous silence. En plus de dénoncer les conditions de travail longtemps décriées par ses anciens employés, l’émission s’intéresserait aussi à l’évasion fiscale dont Starbucks est soupçonné. Les détails de son implantation agressive, et de son engagement écologique ne sont pas épargnés : sondés de part et d’autre, ces éléments montrent un tout autre visage de la référence du café.

Pour la multinationale, l’heure est grave : entre les révélations sur les gobelets non-recyclables, et les désastres écologiques provoqués par la culture extrême du café nécessaire à son fonctionnement, elle pourrait subir une nouvelle baisse de popularité dont elle ne se relèvera pas. Rappelons que les chiffres d’affaires de Starbucks enregistrent une nette tendance baissière, qui n’a fait que se confirmer au cours de l’année passée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here