Après plus de 130 ans à exercer son activité face à des concurrents qui ne cessent d’affluer, Sears Holdings a fini par déclarer sa faillite. Le pionnier des magasins de grande distribution annonce une restructuration d’ampleur qui devrait être appliquée avant la fin de l’année.

Des activités régies par la loi

La loi américaine concernant les faillites comporte un chapitre protégeant les entreprises en faillite. Celui-ci permet aux entreprises en difficultés de continuer leurs activités, sans subir les pressions exercées par leurs créanciers. C’est bien sur cette loi que Sears Holdings compte de tenter de sauver les meubles. Le groupe a annoncé sa faillite, et prévoit aujourd’hui de procéder à une restructuration rapide de ses points de vente. Le processus, que l’entreprise espère adopter dans les meilleurs délais, l’amène à entamer une réorganisation efficace pour des actions à très court terme.

Le groupe, auquel Kmart et Sear Store, a déjà commencé à opérer : il a annoncé la fermeture de 142 points de vente, allégeant considérablement le parc commercial de la firme. La fermeture de ces magasins devrait être effective d’ici la fin de l’année, marquant un changement notable pour Sears doit aujourd’hui s’adapter à un marché de plus en plus difficile.

En plus de ces fermetures prévues en fin d’années, le groupe prévoit aussi de mettre la clé sous la porte de 46 autres points de vente avant la fin du mois de novembre. La série noire confirme un mouvement qui avait débuté au printemps : il y a quelques mois, Sears avait déjà dit adieu à 103 de ses boutiques, réaffirmant la difficulté de la situation de l’entreprise. Le remaniement concerne aussi l’administration du groupe, qui est aujourd’hui confié à un « bureau du PDG ».

Le poste, nouvellement créé, voit l’ancien PDG passer au poste de président du conseil d’administration. Ce lundi, l’entreprise s’est placée sous le joug du chapitre 11 de la loi américaine concernant les faillites. Ce choix, purement stratégique, lui permet de continuer son activité sans s’embourber dans des difficultés financières supplémentaires. Depuis 2011, le groupe enregistre des dettes qui ont fini par avoir raison de sa pérennité.

La concurrence en ligne, première cause de faillite

Alors que l’entreprise a présenté son dossier devant le tribunal des faillites, le montant des dettes déclarées est hallucinant. Sears aurait contracté plus de 6,9 milliards de dollars d’actifs, pour des passifs évalués à plus de 11,3 milliards de dollars. La restructuration des magasins touche directement les employés, qui passent de 246.000 à 89.000 salariés en quelques mois. Le remaniement met ainsi à la porte plusieurs centaines de milliers d’employés, qui constituent aujourd’hui les dommages collatéraux de cette faillite.

La baisse de performance continue de Sears Holding serait, en grande partie, due à son incapacité à faire face à une concurrence de plus en plus rude. Les grands groupes opérant sur le web restent les premiers concurrents du groupe, qui a du mal à suivre la cadence effrénée imposée par une demande toujours plus conséquente.

comment créer une société offshore?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here