En 2018, les Français ont dépensé plus de 92,6 milliards d’euros sur les sites d’e-commerce, ce qui est une progression assez importante, mais qui reste encore en deçà des prévisions.

La vente en ligne a-t-elle retiré des bénéfices des blocages des commerces physiques à cause de la manifestation des gilets jaunes vers la fin de 2018 ? La réponse est sans appel : « non, il n’y a pas eu de transfert des magasins vers Internet » a déclaré le délégué de la Fevad, Marc Lolivier, avec une preuve à l’appui : les Français ont dépensé 92,6 milliards d’euros sur les sites de vente en ligne en 2018, d’après le bilan de la Fevad, publié le mardi 5 février. Ce qui équivaut à une progression de 13,4 % en un an, proche de celle qu’il y a eu en 2017 (plus de 14,3%) ; 1,5 milliard de transactions ont été faites sur l’année (plus de 20,7%), soit environ 40 commandes par cyberacheteur pour 2400 euros environ chaque année ; 38,2 millions d’internautes ont effectué des commandes en ligne, c’est-à-dire, un peu plus de 88,2 % d’entre eux, si on s’en tient aux données publiées par Médiamétrie.

Ce mouvement de contestation des gilets jaunes aurait même eu une incidence négative pour certains sites d’e-commerce, car ils auraient en effet, eu un manque à gagner de 0,7 point de croissance comparé aux prévisions qui ont été faites, soit 600 millions d’euros de perdus environ. La progression des ventes a continué de diminuer depuis jusqu’à la fin de l’année 2018 : plus de 16 % durant le mois d’octobre, plus de 14 % au cours du mois de novembre, et plus de 8 % au mois de décembre.

« Juste avant Noël, les magasins ont eu un peu l’avantage, car la probabilité de se faire livrer à temps était faible », a déclaré le délégué de la fédération pour la promotion du commerce spécialisé Procos, Emmanuel Roch, pendant une conférence qui a eu lieu le 18 janvier dernier. « L’évolution d’Internet dans nos enseignes, c’est, en général, une augmentation de 14 % par an, avait-il ajouté. Mais, là, l’augmentation des ventes en décembre [2018] n’a été que de 8,9 %. Il n’y a pas eu de report sur les achats en ligne, d’autant que les sites avaient les mêmes problèmes d’accès aux points de livraison. » A-t-il ajouté.

Les prix moyens d’un panier en baisse

En revanche, une tendance est en train de se poursuivre : la baisse des montants d’achat par transaction sur le Net. En effet, si en 2016, le prix moyen d’un panier était à 70 euros, en 2018 cela a diminué à 61,60 %, c’est-à-dire une diminution de 6,1 % de moins. Et au cours du 4e trimestre, cela a même diminué à 6,8 % comparé à la période de l’année 2017. D’après M.Lolivier cette baisse reflète « la banalisation des achats en ligne ». Mais pas que, étant donné qu’« Avec la multiplication des offres d’abonnement à une livraison illimitée, l’absence de frein des frais de port désinhibe l’achat de petits articles, qui n’auraient pas été rentables sans cela, poursuit-il. Il y a aussi le développement des sites de commerce en ligne asiatiques, comme Wish ou AliExpress, où les paniers moyens sont moins importants. »

comment créer une société offshore?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here