La Chine est le premier marché mondial du e-commerce. Avec une croissance de 70% entre 2007 et 2013, puis de 31% l’année dernière, sa valeur a récemment atteint 13 000 milliards de RMB, soit l’equivalent de 2 000 milliards de dollars. En 2014, plus de 600 millions d’internautes chinois ont effectué des achats en ligne, ce qui représente, à titre de comparaison, deux fois le nombre d’habitants des Etats-Unis. Pour maintenir cette croissance et continuer de répondre aux besoins des consommateurs, les e-commerçants chinois n’ont d’autres choix que de renforcer leurs effectifs. Ils emploient à ce jour 2,5 millions de personnes directement et 18 millions indirectement.

Alibaba, cavalier (presque) seul

Les principaux leaders du commerce électronique en Chine font tous partie d’Alibaba. Taobao et Tmall, tous deux propriétés du groupe récemment introduit en bourse à New-York, contrôlent effectivement 80% du marché national à eux-seuls. Ils occupent différents segments du marché, Taobao étant une plateforme C2C, tandis que Tmall est davantage orienté B2C. La valeur de ce dernier est évaluée à 736 milliards de RMB (123 milliards de dollars).

L’âge d’or du e-commerce chinois

Bien qu’Alibaba domine outrageusement les débats, la marge de manoeuvre reste suffisante pour permettre aux autres acteurs de se développer. Avec 15% de parts de marché, Jingdong Mall, principal retailer chinois dont la boutique en ligne jd.com a été lancée en 2004, est d’ailleurs parvenu à tirer son épingle du jeu avec brio malgré la concurrence. Ce dinosaure du e-commerce chinois, qui pèse désormais 2,8 billions de RMB (soit 450 milliards de dollars), se positionne comme l’un des plus importants dans le secteur du commerce de détail, secteur qui a enregistré la plus forte croissance, 50%, entre 2013 et 2014 !

Le mobile comme vecteur de croissance

Si elles augmentent rapidement en Europe, en Chine, les ventes de smartphones explosent ! Les internautes y sont de ce fait plus nombreux que jamais (80% du total), le mobile permettant de se connecter depuis n’importe où, même dans les régions les plus reculées du pays. Le nombre de transactions sur mobile a ainsi sans surprise également explosé : 240% en 2014 pour un chiffre d’affaires de près de 928 milliards de RMB (150 milliards de dollars).

Le fait que 80% des internautes en Chine naviguent sur le web via leur smartphone n’a pas laissé indifférent Alibaba et Tencent qui concentrent désormais leurs efforts sur le shopping mobile, notamment en développant des systèmes de paiement adaptés : WePay pour Tencent et Alipay pour Alibaba. A l’image de ces deux services, l’objectif des e-commerçants chinois est d’améliorer l’expérience d’achat sur mobile en commençant par lever les contraintes que soulève toujours la navigation sur smartphone et tablette. Alibaba est même allé plus loin puisqu’il proposera prochainement un service baptisé « Pay with a Selfie » qui saura reconnaître le visage des consommateurs afin d’autoriser l’achat.

Des ventes records : l’exemple du “Single’s day”

Les consommateurs chinois sont très attirés par les promotions et les rabais, sans doute encore plus que les occidentaux. C’est pourquoi les journées promotionnelles se succèdent en Chine, à l’image du « Single’s day », ou « jour des célibataires » en français, qui constitue un véritable enjeu pour les e-commerçants. Le nombre et le montant des ventes au cours de cette journée battent des records. Le 11 novembre 2014, Alibaba a vendu plus de 9 milliards de dollars de marchandise. Au cours de cet événement aussi appelé « Double 11 » à cause de la date auquel il a lieu, le géant du e-commerce chinois a vu 46% de ses commandes être passées à partir d’un mobile.

Quel est le futur de la vente en ligne en Chine ?

Les prochains secteurs qui devraient profiter du dynamisme de la vente en ligne en Chine sont les soins médicaux et l’éducation. Les experts prévoient une multiplication par deux de la valeur du marché à court terme et estiment que sa valeur devrait atteindre 4 billions de dollars d’ici 2018.

Le chemin que devront parcourir les acteurs évoluant sur le marché chinois pour maintenir ce niveau de croissance ne sera toutefois pas un long fleuve tranquille. Ils devront faire face à des obstacles de taille, à commencer par le traitement d’un plus grand nombre de plaintes des consommateurs qui devrait logiquement croître en parallèle de celui des commandes. Par ailleurs, les plus petits sites pourraient se retrouver dans l’incapacité de satisfaire une demande devenue trop importante, ce qui pourrait paradoxalement nuire à leur développement et par conséquent à leur pérennité.