Finance

Wall Street hésite après le sommet Trump-Kim et avant la Fed

mm
Written by Paul Laurent

Wall Street hésitait peu après le début de la séance mardi, accueillant positivement mais sans euphorie le sommet entre Donald Trump et Kim Jong Un en attendant une réunion de la banque centrale américaine (Fed).

Vers 14H10 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, cédait 0,01% à 25.319,59 points après avoir ouvert en hausse.

Le Nasdaq, à forte composante technologique, montait de 0,24% à 7.678,52 points.

L’indice élargi S&P 500 s’appréciait de 0,12% à 2.785,39 points.

La Bourse de New York avait terminé légèrement dans le vert lundi, occultant le fiasco du G7 pour se concentrer sur une semaine riche en événements politiques et monétaires: le Dow Jones Industrial Average avait gagné 0,02% et le Nasdaq 0,19%.

Mardi, les investisseurs digéraient l’issue de la rencontre entre les dirigeants américain et nord-coréen, qui ont affiché leur bonne entente lors d’un tête-à-tête historique ayant abouti à la signature d’un document commun sans percée majeure toutefois concernant le devenir de l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord.

«C’est un événement historique et c’est le début d’un processus prometteur, mais malgré les gros titres positifs il reste encore beaucoup de questions en suspens, d’où sans doute la réaction modérée du marché», a avancé Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.

Maintenant que cet événement géopolitique est passé sans créer de remous majeurs, les courtiers de Wall Street se concentrent selon lui sur la réunion du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC).

Ses membres se réunissent pendant deux jours avant de publier mercredi en cours de séance un communiqué dans lequel ils devraient annoncer, de l’avis d’une grande majorité d’observateurs, une hausse des taux directeurs.

L’annonce avant la séance d’une modeste hausse des prix à la consommation (CPI) en mai aux Etats-Unis, qui a fait grimper l’inflation annuelle à 2,8% sur un an, au plus haut depuis 2012, a renforcé cette attente.

Le président de la banque centrale Jerome Powell tiendra ensuite une conférence de presse au cours de laquelle il pourrait préciser les intentions de l’institution pour les mois à venir.

Le marché obligataire se tendait un peu, le taux d’intérêt sur les bons du Trésor à 10 ans grimpant à 2,969% contre 2,952% lundi soir et celui à 30 ans progressant à 3,108% contre 3,094% à la précédente fermeture.

Le secteur de télécoms était surveillé alors qu’un tribunal américain doit dire mardi après la clôture s’il autorise la gigantesque fusion entre l’opérateur AT&T (+0,59%), numéro deux de la téléphonie mobile aux Etats-Unis, et le groupe de médias Time Warner (-0,64%).

Le numéro un du secteur Verizon grappillait 0,05% tandis que les deux autres grands acteurs de la téléphonie mobile dans le pays, T-Mobile et Sprint, prenaient respectivement 0,05% et 0,38%.

Le câblo-opérateur Comcast s’appréciait de 0,17%. En fonction de la décision judiciaire, le groupe pourrait annoncer sa contre-offre sur les actifs de Fox (+0,88%) convoités également par Disney (+0,14%).

Citigroup gagnait 0,60%. Un de ses responsables a indiqué dans une interview au Financial Times que l’automatisation de certaines tâches pourrait réduire de moitié les effectifs en charge des services technologiques au sein de la banque d’affaires de l’établissement.

McDonald’s, qui devrait détailler en cours de journée les suppressions d’emplois aux Etats-Unis prévues dans le cadre d’un plan de restructuration visant à économiser 500 millions de dollars d’ici 2019, était stable.

About the author

mm

Paul Laurent

Rédacteur en chef du site Hyperconnectes.fr spécialiste de l'économie, il est passionné par l'économie et les nouvelles technologies. Il publie des actualités liées à l'économie, la finance et les technologies.