France

SNCF: Berger réclame que «l’incessibilité» du groupe soit inscrite dans la loi

mm
Written by Paul Laurent

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a réclamé lundi que l’«incessibilité» de la SNCF soit inscrite dans le projet de loi, afin d’éviter une «vente à la découpe» du groupe public ferroviaire.

«Je demande à ce que le gouvernement dise très clairement qu’il n’y aura pas de cessibilité de quelque filiale que ce soit à la SNCF», a-t-il déclaré sur Cnews.

«Il ne faut pas» de «vente à la découpe à la SNCF», a insisté le dirigeant de la CFDT, réclamant que «l’incessibilité de la SNCF soit inscrite dans le texte de loi».

A propos de la consultation lancée par les syndicats CGT-cheminots, Unsa-ferroviaire, SUD-rail et CFDT-cheminots auprès des 147.000 cheminots, à partir de ce lundi et jusqu’au 21 mai, M. Berger a rappelé qu’il ne s’agissait pas d’un référendum, mais «une modalité d’action».

Elle vise à «expliquer aux cheminots le contenu de cette réforme et discuter avec eux. Ca alimentera les discussions qu’on aura demain avec le gouvernement».

Affirmant s’appuyer sur un compte-rendu de réunion, SUD-rail a accusé dimanche le gouvernement et Guillaume Pepy d’«oeuvrer en coulisse pour privatiser et filialiser» la SNCF.

«Les trois entreprises #SNCF, #SNCFMobilités et #SNCFRéseau, sont et resteront 100% publiques et incessibles: ce n’est pas seulement une promesse, c’est ce que nous avons inscrit dans la loi votée à l’Assemblée nationale ! Nous le confirmerons lors du débat au Sénat», a répondu dans un tweet la ministre des Transportes, Elisabeth Borne.

About the author

mm

Paul Laurent

Rédacteur en chef du site Hyperconnectes.fr spécialiste de l'économie, il est passionné par l'économie et les nouvelles technologies. Il publie des actualités liées à l'économie, la finance et les technologies.